Collège Jean Deconinck
Rue Gabriel
59430 Saint-Pol-sur-Mer
Tél: 03 28 24 32 34
Fax : 03 28 25 31 87
Accueil du siteLes matièresHistoire des artsHDA 3ème
Dernière mise à jour :
mardi 21 octobre 2014
Statistiques éditoriales :
551 Articles
2 Brèves
26 Sites Web
63 Auteurs

Statistiques des visites :
300 aujourd'hui
1589 hier
524553 depuis le début
     
Sur le Web
Visite de la caserne de Fort Mardyck
Visite de la caserne de Fort Mardyck le 13 mai 2013
Dossier sur les élections présidentielles 2012
Un excellent dossier du site "Les Clés de l’Actu" sur les élections, la démocratie, etc. … A lire abolument, vidéos à regarder. Faites des fiches !
Site de Mr Maeght
Ce site a pour but de mettre en ligne des documents pour les élèves afin de les familiariser avec l’utilisation de ressources mises en ligne.
"Supermarket Lady" de Duane Hanson : contexte historique et analyse
lundi 21 mars 2011
par M. Briche
popularité : 5%
SUPERMARKET LADY, DE DUANE HANSON, 1969-70

Présentation de l’artiste et de l’œuvre.
Sculpture de Duane Hanson, intitulée Supermarket lady, réalisée par Duane Hanson en 1969-70.
Né en 1925 aux États-Unis, dans le Minnesota à Alexandria, dans une famille de fermiers, Duane Hanson fait des études artistiques, enseigne en Europe et aux États-Unis. Puis il se consacre à la sculpture en travaillant sur des moulages.
Les sculptures (des œuvre en trois dimensions. On peut les observer sous n’importe quel angle) que Duane Hanson réalise montrent des américains moyens de la vie quotidienne ou des gens défavorisés tels Elles ont la taille d’un adulte (à échelle 1 autrement dit : grandeur nature).
Il réalise des moulages de corps humains avec des bandes de silicones dans lesquelles il coule la résine de polyester. Ce matériau permet des reproductions détaillées. Il peint ensuite à l’acrylique puis à l’huile ses mannequins de manière vériste (=fidèle), sans négliger aucun détail : couleur de la peau, bleu des veines, taches de rousseur, rides, pilosité… Il ajoute de vrais cheveux, des yeux de verre, des vêtements de circonstance et une foule d’accessoires. Duane Hanson accorde la plus grande importance aux vêtements de ses sculptures. Ce sont des effets personnels donnés par des modèles ou des pièces d’occasion qu’il choisit avec soin dans les friperies. Même de près, les personnages représentés ont presque l’air vivant.
Duane Hanson est considéré comme un des chefs de file du mouvement "hyper-réaliste". Il est mort en 1996 en Floride.

Description.
Femmes ronde poussant un caddie rempli de victuailles, sous forme d’emballages en tout genre. Elle porte des bigoudis et un fichu sur la tête, fait ses courses en chaussons, a une cigarette à la bouche. Moulage en résine de polyester, matériau moderne de l’époque, puis peinture à l’acrylique (rendu réel), enfin, vrais vêtements, vrais cheveux, yeux de verre, accessoires en tout genre. Modèle représenté en taille réelle, en accentuant les détails qui donnent l’illusion du réel (comme la cigarette par exemple). Œuvre inscrite dans le mouvement de l’hyperréalisme, dont Hanson est un des chefs de file aux USA. L’hyperréalisme est à rapprocher du pop-art qui utilise les objets de consommation et fait même de ses productions des objets de consommation (l’œuvre d’art descend de son piédestal de l’unicité).

Contexte historique.
Dans les années 60, au États-Unis, le contexte politique et social est agité. La guerre du Vietnam, les contestations étudiantes, les émeutes raciales et la criminalité urbaine émeuvent le pays.
Les artistes du Pop Art mettent en question les fausses promesses du rêve américain. Duane Hanson choisit de travailler de façon réaliste et d’exprimer ses préoccupations sociales.

Interprétation.
Représentation d’une ménagère ordinaire : pas de star mais un sujet du quotidien. L’embonpoint de son modèle représente l’opulence de cette société de consommation. Émergence de la consommation de masse : femme qui consomme à outrance (caddie rempli), des produits en tout genre. Caddie = symbole du supermarché, nouveau mode de consommation où tout est rassemblé en un seul lieu. D’où l’émergence aussi de l’automobile, qui permet de transporter toutes ces victuailles et de rallier les supermarchés, situé dans la périphérie des grandes villes. Période des 30 Glorieuses = fort enrichissement des populations et développement de la consommation de masse (femme ronde). Irruption aussi d’une culture plus urbaine et industrielle : les produits présentés sont tous des produits issus de l’industrie, et souvent repérables grâce aux marques comme Coca Cola. D’où une forme d’uniformisation (tout le monde achète la même chose). Tout ceci est typique des États-Unis, où ce mode de consommation s’est développé de manière précoce et intense. Forme de critique ici par l’accumulation et par l’enlaidissement : bigoudis, cigarette à la bouche.

Conclusion.
Cette sculpture provoque le malaise car on a du mal à savoir s’il s’agit d’une reproduction ou de la réalité. Le réel est copié mais c’est un réel qu’on imagine pas rentrer dans un musée car il est trop vulgaire.
Avec cette sculpture, Duane Hanson critique la consommation de masse, particulièrement développée dans son pays, les États-Unis à la fin des années 1960. Il montre l’aspect néfaste et l’uniformisation de ce type de consommation. Un mode de vie urbain qui se répandra pourtant dans le monde entier.